• Bienvenu sur Le forum ON-mag.fr. Vous trouverez ici des ressources et fils de discussion dédiés à la communauté des audiophiles, amateurs de Hifi et Home Cinéma francophones. Le forum est actuellement en phase d'expérimentation, avec des fonctionnalités limitées. Pour commenter, participer, contribuer, il suffit de s'inscrire.
Le Marantz Model 50 sur le banc de mesures

Le Marantz Model 50 sur le banc de mesures

Le Marantz Model 50 sur le banc de mesure
14 (Couverture mesures).jpg


Nous avons analysé sur notre banc de mesure le Model 50, dernier ampli stéréo intégré de chez Marantz, dont le test sera publié prochainement sur la partie éditoriale d'ON-mag. Le prix indicatif de l'appareil est actuellement de 1800 €. Voici les résultats détaillés.

>>>
COMPARER LES PRIX, ACHETER EN LIGNE le Marantz Model 50

>>> VOIR NOTRE LEXIQUE SUR LES MESURES


SINAD (Distorsion Harmonique + Bruit)

SINAD 5W4R.png

Le SINAD « principal » est donné dans notre protocole de mesure avec une puissance de 5 Watts sous 4 Ohms. Les résultats pour cet ampli Marantz s’avèrent tout simplement excellents : 99.0dB pour le canal Gauche et 98.5dB pour le canal Droit. On tutoie ici les tous meilleurs amplificateurs du marché (toutes catégories de prix confondues). Ce test révèle des données pour le moins surprenantes, la marque nous ayant traditionnellement habitué à une amplification HDAM plutôt colorée (par choix bien plus que par défaut de conception) et une philosophie qui ne vise pas la chasse aux meilleurs chiffres. Force est de constater ici une orientation bien différente, que l’inconscient attribue d’ordinaire plutôt à la marque sœur Denon : Car oui, cet ampli est neutre. Si la seconde harmonique est très légèrement dominante, elle se situe sur les deux canaux plus de 100 dB sous le signal fondamental, donc factuellement inaudible. L’ensemble traduit un bon équilibre entre Bruit et Distorsion Harmonique, laissant apparaitre un sérieux certain dans la conception.

Au chapitre des défauts, il est regrettable d’observer autant de pics ("Hum") sous les 1kHz. Hypothèse : il s’agirait d’émulations, captées du 50Hz secteur que l’on retrouve dans notre réseau électrique national. Vous pouvez constater ici qu’il se répercute à 100, 150, 200, 250 et 300Hz. Peut-être que cela aurait pu être maitrisé avec une mise à la terre (l’entrée secteur IEC du Model 50 n’a que deux pôles). Dans les faits, on parle ici de défauts qui s’observent dans le pire des scénarios sous les 111dB (pic à 100Hz). Ils seront donc inaudibles lors d’une écoute musicale.

Voyons à présent comment l’ampli se comporte dans sa fonction Main In (qui désactive la préamplification et passe l’appareil en mode bloc de puissance) :​

SINAD 5W4R Power Amp.png


C’est à présent la troisième harmonique qui domine, de façon très légère. On observe une augmentation du bruit et des Hum, bien que l’ensemble des défauts se situe, de nouveau, sous les 100dB. Pourquoi obtenons nous ici de « moins bons » résultats (« mauvais » n’est pas le bon terme pour un SINAD de 96.4dB), alors que seule la partie amplification est mesurée ? Tout simplement car les défauts ajoutés sont imputables au générateur de tonalité que nous utilisons : un DAC qui augmente son bruit intrinsèque lorsqu’il exerce une atténuation numérique de son signal. Ce procédé est cependant nécessaire pour pouvoir mesurer un amplificateur de puissance à seulement 5W, et nous devrons sacrifier un peu de SINAD dans l’équation. Même avec ce paramètre légèrement « handicapant », le Model 50 s’en sort avec brio. Nous aimerions voir plus d’amplificateurs de puissance sur le marché avec un SINAD 5W de 96dB ! Or, il ne s’agit ici que d’une fonction annexe de cet intégré…

Le Model 50 possède également une sortie Pre Out :​

SINAD PREOUT 6.77V VS 0.90V.png


La sortie PRE propose un niveau de tension élevé pour un signal asymétrique (RCA). Nous avons mesuré la tension de sortie maximale avant clipping (saturation) à 6.77Vrms (Volts RMS), soit une marge importante pour driver la grande majorité des blocs de puissance existants. Pour comparaison, la plupart des DACs contemporains faisant fonction de « préamplificateur » ne sortent au maximum, en RCA, que 2 ou 2.5Vrms via leur sortie variable. Les préamplificateurs dédiés, même haut de gamme, se limitent à une dizaine de Volts (le double en XLR symétrique). C’est donc une bonne surprise que de constater ici une fonction préampli qui soit sincèrement compétitive. Le point culminant de SINAD est à 110.1dB à 6.77Vrms. Même à plus bas niveau, on constate déjà 103dB à 0.9Vrms et 107dB à 3.6Vrms. Si l'on exclut un hum indésirable à 100Hz, ces chiffres seraient déjà considérés comme bons même pour un préamplificateur dédié. Pourtant, ce n’est, là encore, qu’une fonction secondaire de l’appareil. En conclusion, le circuit de préamplification est assurément bien conçu.​


Bruit (Rapport Signal/Bruit et Niveaux de Bruit)

Noise Level 5W4R.png


Nous retrouvons dans le test de niveau de bruit (lorsque l’appareil génère un silence) les fameux « hums », mais cette fois observables sous les 120dB. Le niveau pondéré A est de -105dBA pour les deux canaux. Il n’y a donc pas de variations entre les canaux lorsque l’appareil ne génère pas de totalité. L’hypothèse d’une alimentation qui capterait le 50Hz secteur est toujours présente et gâche quelque peu la présentation.​

SNR 112W 4R.png


À niveau maximum avant qu'il entame sa pente de clipping, soit à 112W sous 4 Ohms, nous mesurons sur le Marantz Model 50 un Rapport Signal/Bruit de 108.1dB (Gauche) et 110.2dB (Droit). Les résultats restent excellents et sont gages d’un amplificateur à fortes capacités en dynamique. Nous ne parvenons cependant pas à atteindre les « 125dB » communiqués par le fabricant. Il s’agit en réalité d’une limitation matérielle due à notre ADC de mesure et à cette puissance précisément, car nous ne pouvons pas capter le signal à pleine amplitude. Il est ici mesuré à -12.19dBFS (0dBFS équivaudrait à 462W sous 4 Ohms reçus par notre appareil). En théorie, 120dB de rapport signal bruit semble donc tout à fait envisageable.​


Distorsion d’intermodulation (IMD)

IMD SMPTE 5W4R.png


IMD CCIF 5W4R.png


Multitone 5W 4R.png


La distorsion d’intermodulation présente dans les trois tests un très bon comportement. Les chiffres bruts sont particulièrement bons, et systématiquement inférieurs à -90dB quel que soit le test d’IMD ou le canal.

L’appareil présente un bon comportement dans les tests 19kHz + 20kHz, où beaucoup d’amplificateurs saturent. Le pire des cas est observé par un pic situé à -90dB à 39kHz, autant dire un problème parfaitement insignifiant, car bien au-delà du spectre audible par l’humain.

Au chapitre des reproches, nous aurions préféré une cohérence encore plus solide entre les deux canaux. Notamment dans le test de 32 tonalités (Multitone) qui laisse apparaitre un canal droit sensiblement moins propre passé un 1kHz. Si l’on observe à quel niveau ces défauts apparaissent, cependant, il est raisonnable de proclamer le Model 50 comme un appareil transparent à l’oreille lorsqu’il sera amené à reproduire du contenu musical.​


Réponse en Fréquence

Frequency Response.png


Cette partie sera courte, tant les résultats de cette réponse en fréquence démontrent un comportement à deux doigts de la perfection. Le Marantz Model 50 s’avère être quasi indépendant de la charge qu’il a à traiter. Non seulement la réponse sur l’ensemble du spectre est particulièrement plate, avec une très (très) légère atténuation dans le haut, inférieure à -0.5dB à 44kHz… Mais l’ampli se paie en plus le luxe de ne montrer quasi aucune variation d’amplitude quelle que soit l’impédance, cela même avec une charge complexe (enceintes) ! Tout cela, pour rappel, toujours de 10Hz (infragrave) à 44.1kHz (ultrasonique). Disons-le simplement : Cet ampli est un élève modèle de neutralité et de capacité à tenir solidement sa restitution.

Nous pouvons agrandir la réponse pour voir la cohérence de volume entre les deux canaux :​

Level Deviation.png


Traitement du volume en numérique oblige, doublé d’une préamplification bien conçue, les variations entre les deux canaux sont minimes, sinon insignifiants. Cela même à bas niveau (ici 1W et 0.1W). Dans le pire des cas, nous observons un décalage inférieur à 0.05dB entre Gauche et Droite, ce qui sera imperceptible à l’écoute.​


Puissance et Distorsion

THD+N VS Power Global.png


Nous pouvons observer ici les capacités en puissance brute de l’amplification. Annoncé pour 70W sous 8 Ohms et 100W sous 4 Ohms, soit une puissance confortable mais peu intimidante, l’appareil sort en réalité 86W sous 8 Ohms et 126W sous 4 Ohms (puissance continue, au standard <1% THD+N). Rien de surprenant de la part du fabricant : Dans le monde de la mesure, Marantz, tout comme Denon, ont depuis longtemps une réputation d’être très conservateurs sur leurs chiffres de puissance. Le Marantz Model 50 fait honneur à cette réputation. Il peut en plus se vanter de dispenser la majorité de cette puissance sous le seuil des 0.005% de THD+N.

La puissance sous 2 Ohms, particulièrement difficile à tenir pour nombre d’amplis, atteint tout de même 156W dans ces mêmes conditions. En somme, il s’agit bien d’un appareil puissant, mais pas parfait : Nous aurions aimé que, comme pour la réponse en fréquence, il fasse preuve d’un comportement « exemplaire », attendu des meilleurs amplis en Classe AB. Comprendre, dans l’idéal : pouvoir doubler sa puissance sous 4 Ohms, puis de nouveau sous 2 Ohms. Quelques élèves modèles y arrivent, ou presque. Il semble par ailleurs important de déconstruire le mythe du « 100W 8 Ohms = 200W 4 Ohms » : seule une infime minorité des amplis y parvient, et il est dommage que ce ne soit pas le cas pour cet excellent intégré.​

Nous pouvons décomposer ces résultats par canal :

THD+N VS Power 8R.png


THD+N VS Power 4R.png


THD+N VS Power 2R.png


La baisse d’impédance laisse apparaitre une disparité au détriment du canal gauche. D’abord sous 4 Ohms, puis de manière nettement plus marquée sous 2 Ohms. Pour relativiser, et même pour ce dernier test hautement discriminant, nous parlons toujours d’une plage de puissance qui se situe en majorité sous les 0.01% de THD+N. Nous ne blâmerons donc pas le Marantz Model 50 sur ce point, même si de nouveau, nous aurions préféré un comportant exemplaire au vu des résultats mesuré jusqu’à lors.

Test autrement plus difficile, l’analyse du rapport Puissance / Distorion + Bruit / Ensemble de fréquences :

THD+N VS Frequency.png


Enfin un retour au quasi sans faute ! Nous observons là une superbe gestion de la distorsion en fonction des différentes fréquences. Des résultats particulièrement cohérents jusqu’à 115-120W (l’amplification sature naturellement au-delà).

Ironiquement, le fabricant annonce un « THD de 0.02% », que nous n’avions pas pu vérifier jusqu’à présent (les chiffres étant nettement plus favorables). Si l’on veut vraiment trouver à quoi ce chiffre pourrait bien correspondre : regardez le plus mauvais (le plus élevé) THD+N, à 100W, et pour la fréquence de 10kHz. Voici les « 0.02% ». Une sacrée extrapolation, vous en conviendrez…

Fort de ces performances, le Marantz Model 50 se montre être un amplificateur quasi immunisé aux cas de distorsions audibles, cela même à forte puissance (et donc dans les besoins en hauts niveaux de pression acoustique).​


Conclusion

Intégré « traditionnel », héritier d’une longue lignée au pedigree purement analogique, le Marantz Model 50 n’est assurément pas avare en surprises sur notre banc de mesure ! Premier point d’étonnement, des chiffres de SINAD/THD+N qui se rapprochent des tous meilleurs amplificateurs du marché. Dans l’analyse en détails, pas de seconde harmonique qui perce les plafonds afin de générer une sonorité chaude et euphonique (une coloration qui peut avoir des qualités, mais surtout des limites). Pas de réponse en fréquence qui chute de manière fluide dans l’aigu afin de donner une signature douce. Pas non plus de puissance timide pour une écoute peu démonstrative. Est-ce vraiment un Marantz ?

L’un des bénéfices majeurs de la mesure est assurément celui de pouvoir déconstruire les clichés et représentations que l’imaginaire audiophile cultive au sujet de tel ou tel fabricant. Indéniablement, cet ampli est neutre. Point. Il l’est, peu importe son blason. Neutre dans sa restitution du spectre, neutre dans ses capacités d’associations avec tout type d’enceintes (on rappellera cette réponse en fréquence exceptionnelle). Dans la définition stricto sensu du rôle attendu d’un amplificateur : c’est tout simplement un bon ampli.

On regrettera une puissance que l’on aurait aimé voir se décupler sous les basses impédances, mais on se contentera de chiffres supérieurs à ceux timidement communiqués par la marque. Nous aurions également aimé, à fortiori au tarif de 1790€, une fiche secteur à la terre et la présence d’entrées symétriques XLR qui auraient sans doute éliminées des vilains hums observés ici et là sous 1kHz.

Ces quelques défauts mis à part, le Marantz Model 50 est assurément une électronique de qualité, qui témoigne du savoir-faire de ce fabricant historique.
Louis M - VintageFlanker
Auteur
Louis M - VintageFlanker
Affichages
380
First release
Last update
Evaluation
5.00 étoile(s) 1 évaluations

Latest reviews

Mesures détaillées, explications claires et objectives.
Bravo !
Louis M - VintageFlanker
Louis M - VintageFlanker
Merci pour ton retour encourageant ! :)
Retour
Haut