Le WiiM Amp sur le banc de mesure

Le WiiM Amp sur le banc de mesure

Le WiiM Amp sur le banc de mesure

12 - Mesures.jpg


Nous avons passé au crible du banc de mesure le petit ampli HiFi connecté WiiM Amp, dont vous pouvez consulter le test sur la partie éditoriale d'ON-mag. En voici les résultats détaillés.

>>> COMPARER LES PRIX, ACHETER EN LIGNE le WiiM Amp

>>> VOIR NOTRE LEXIQUE SUR LES MESURES

Note : Le WiiM Amp est un amplificateur particulier : son DAC interne ne peut être contourné, même via son unique entrée analogique (dont le signal est alors numérisé par un ADC, puis converti à nouveau par le DAC avant d’attaquer l’amplification). Ces mesures ont donc été réalisées majoritairement en utilisant les entrées numériques. Ainsi, le résultat obtenu est bien celui cumulé pour le couple DAC/Amplificateur.

SINAD (Distorsion Harmonique + Bruit)

SINAD 5W 4R.png

Le SINAD est ici donné avec une puissance de 5 Watts sous 4 ohms. Ces conditions de test, bien que non standardisées, ont été popularisées par le site AudioScienceReview. Les résultats sont très bons : 90.4dB en moyenne sur les deux canaux. 80dB est déjà un bon résultat pour un amplificateur, et les meilleurs appareils existants peuvent dépasser les 100dB. On considère un amplificateur comme quasi transparent à l’oreille dès 85dB. Le WiiM Amp présente des résultats dans la moyenne haute, sans déviations majeures dans les seuils audibles. La distorsion harmonique ne montre aucune coloration significative qui puisse lui être imputée.

Lorsque utilisé dans sa fonction première, à savoir celle de lecteur réseau, les résultats restent identiques (ici sur canal gauche), que ce soit via l’application WiiM Home et en transmission Wi-Fi, ou via le protocole Roon Ready :​

SINAD 5W 4R WIFI.png

Enfin, l’entrée analogique opèrera une conversion Analogique vers Numérique (via une puce ADC), qui impactera les performances :​

SINAD 5W 4R RCA.png

85dB reste un excellent résultat, bien que le THD augmente nettement par rapport aux entrées numériques. On évitera d’envoyer des signaux supérieurs à 2V, car l’ADC semble saturer au-delà (Le SINAD diminue alors à 74dB après 2V, puis sature à 60dB vers 2.2V).​


Bruit (Rapport Signal/Bruit et Niveaux de Bruit)

Noise Level 5W 4R.png


SNR.png

Le niveau de bruit est identique entre gauche et droite, sans montrer de variation significative. Aucun problème à signaler. Le rapport Signal/Bruit mesuré à bas niveau reste bon, à 80.6dB pour 1W (équivalent de 0dBW) et atteint même 100.6dB sous 38W, soit au-delà des spécifications du constructeur (« 98dB »).​


Distorsion d’intermodulation (IMD)

IMD SMPTE 5W 4R.png


IMD CCIF 5W 4R (R83.0).png


Multitone 5W4R.png

Concernant la distorsion d’intermodulation, là encore, rien de significatif. L’IMD CCIF montre une modulation de la distorsion dans le domaine ultrasonique (au-delà de 30kHz), qui s’avèrera parfaitement inaudible. Nous n’observons rien non plus de grave entre 60Hz et 7kHz, les pics se situant à plus de 100dB sous les signaux. La Multitone est également très bien gérée. En définitive, le WiiM Amp n’aura pas de difficultés à reproduire la complexité d’un signal musical sans le saturer.

Ces remarques s’appliquent également à la mesure de l’IMD relative au niveau, qui ne montre pas de bosse majeure, comme on en retrouve souvent générée par les puces N/A de chez ESS. Du bon boulot pour un vénérable ES9018 !​

IMD SMPTE VS Level 5W 4R.png



Réponse en Fréquence

Frequency Response.png


Il s’agit là du principal « défaut » de l’appareil. Ce que vous voyez ici est typique de certains amplificateurs en Classe D et tout particulièrement ceux utilisant une implantation de puces Texas TPA3255. La signature sonore sera donc dépendante de l’impédance que l'amplificateur aura à traiter. Cela devient particulièrement significatif au-delà de 5kHz. Si vous avez l’occasion de vous renseigner sur la courbe d’impédance de votre enceinte (on ne le recommandera jamais assez !), assurez-vous que cette dernière ne soit ni trop élevée, ni trop basse dans les hautes fréquences (inférieure à 10 Ohms, supérieure à 3 Ohms à 20kHz). Plus l’impédance dans les hautes fréquences sera basse, plus la signature sera douce, avec des aigus atténués. Plus elle sera élevée, plus le WiiM Amp peut s’avérer brillant dans le haut du spectre.

Dans la pratique et pour relativiser : la plupart des enceintes sur le marché seront peu impactées et la réponse en fréquence restera cohérente sur la majorité du spectre audible. Ici, des Focal Chora 806, choisies justement pour leur courbe d’impédance avec une incidence marquée dans le haut du spectre, sont utilisées comme charge réelle, laissant apparaitre un profil montant dès le haut médium, avant de décoller dans le domaine ultrasonique, après 20kHz (+4dB à 44kHz, heureusement inaudible).

Nous pouvons zoomer sur cette même réponse en fréquence pour observer la déviation Gauche/Droit à bas niveau :
Level Deviation.png


Le décalage est tellement minime qu’il est à peine perceptible, même sur cette échelle ! On est dans l’ordre de 0.01dB de différence d’amplitude entre gauche et droite. Strictement rien à signaler de ce côté, donc.​


Puissance et Distorsion

THD+N VS POWER GLOBAL.png


Le WiiM Amp présente un excellent comportement dans ses tests. Premièrement, il atteint, et dépasse même, ses spécifications constructeur avec une puissance continue (deux canaux chargés) de 64W sous 8 Ohms et 124W sous 4 Ohms. Deuxième phénomène, honnêtement fort peu courant, cet ampli ne « clippe » (sature) pas ! Sa distorsion maximale plafonne à 0.05%, cela même à sa puissance maximale et quelle que soit la charge. Un très bon point ! Sous 2 Ohms, on atteint en revanche les limitations de l’amplification (probablement de l’alimentation) à 73W de puissance continue. Le WiiM Amp se met alors en protection en se coupant après 75-80W. On évitera donc les enceintes ayant une impédance minimale autour de 2 Ohms avec cet appareil. Du moins, si l’on souhaite écouter à des niveaux élevés.

Avec une analyse focalisée sur le comportement de chaque canal, aucune déviation n’est observée entre les deux canaux Gauche et Droite, qui présentent une puissance et une distorsion quasi identiques :​

THD+N VS POWER 8R.png


THD+N VS POWER 4R.png


THD+N VS POWER 2R.png


Les précédentes données sont calculées sous 1kHz, ce qui n’est pas représentatif d’une utilisation réelle. Ainsi, il reste important d’analyser ce même comportement lorsque l’amplificateur doit traiter des signaux de fréquences différentes :​

THD VS Frequency 4R.png


La cohérence est plutôt respectée, à fortiori pour une architecture en Classe D, qui présente souvent des variations majeures lorsque mal conçue. On reste ici dans une Distorsion + Bruit atteignant dans le pire des cas 0.1% à la puissance maximale. Logiquement, et conformément au test de réponse en fréquence au-dessus, la puissance maximale est plus faible dans les hautes fréquences (5, 10 et 15kHz) sous 4 Ohms.

Jitter

Jitter.png

Jitter Roon.png


De nouveau, le WiiM Amp étant un amplificateur indissociable de son DAC interne, le comportement du Jitter est à analyser. Là encore, malgré un seuil de bruit (Noise Floor) plutôt élevé pour ce test, et probablement apporté par l’amplification, les sidebands sont très minimes, situés à plus de 115dB sous le signal. Concrètement, le WiiM Amp ne souffre d’aucun véritable problème de Jitter qui puisse se traduire dans le domaine audible.

Conclusion

Le WiiM Amp, en qualité d’appareil tout-en-un réunissant les fonctions de lecteur réseau, de DAC et d’amplificateur, montre des performances mesurées globalement très bonnes dans la majorité des paramètres testés. Les mesures laissent apparaitre un appareil puissant, capable de restituer des signaux sans compresser la dynamique ni colorer les timbres (du moins pas par l’ajout d’harmoniques qui n’existent pas dans l’enregistrement). Pour autant, deux éléments restent à améliorer : la réponse en fréquence, tout d’abord, laisse apparaitre de manière indéniable une amplification dont la restitution du spectre peut changer dans les hautes fréquences, en fonction du profil d’impédance de l’enceinte. Cela avec un impact suffisant pour qu’un changement soit audible. Une enceinte difficile, avec une impédance trop haute ou trop basse dans l’aigu pourra amener à un appareil qui sonne soit « chaud », soit « brillant ».

Enfin, l'unique entrée analogique de l'appareil, qui en réalité renumérise le signal par un ADC, est sensiblement moins performante que les autres (Optique, Réseau, HDMI ARC, montrant toutes les mêmes résultats). De plus, elle montre des limitations dans la tension du signal qu’elle peut recevoir sans saturer. Si cela est possible, privilégiez plutôt l'entrée optique si vous devez connecter un lecteur CD au WiiM Amp. Dans le cas d’une platine vinyle, via préampli phono, cela est moins problématique car l’ADC reste suffisamment transparent pour gérer la qualité d’un tel signal, lui-même bien moins « propre » que tout ce qui a été mesuré jusqu’ici !

Sur le plan purement technique, le WiiM Amp est un appareil hautement recommandable, à fortiori pour le prix particulièrement contenu auquel il est proposé !


PS : WiiM vient d’annoncer, lors de l’édition 2024 du High End de Munich, le WiiM Amp Pro. Ce dernier corrigerait la dépendance réponse en fréquence/impédance par une nouvelle implémentation « PFFB » autour de l’amplification de la puce TPA3255. L'appareil sera vendu 70$ (comptez plutôt 80€ chez nous) plus cher que le WiiM Amp. Il prévoit également un meilleur DAC (ES9038Q2M), dont résulterait un meilleur SINAD. En revanche, tous les autres paramètres seront strictement identiques.
Louis M - VintageFlanker
Auteur
Louis M - VintageFlanker
Affichages
962
First release
Last update

Ratings

0.00 étoile(s) 0 évaluations
Retour
Haut